Un consortium britannique lauréat du premier appel à projet conjoint de trois organisations dédiées au syndrome de Wolfram

Trois équipes britanniques et une australienne emmenées par le professeur Tim Barrett de l’Université de Birmingham ont remporté le financement de 200,000 € de l’appel d’offre conjoint organisé par l’Association syndrome de Wolfram, la Fondation Eye Hope et  la Fondation Snow. Leur projet est de développer des mesures cliniques fiables permettant de déterminer à un stade précoce des essais thérapeutiques les bénéfices potentiels de nouveaux traitements contre le syndrome de Wolfram. Le professeur Tim Barrett espère que ce projet permettra d’accélérer la mise à disposition de nouveaux médicaments pour les malades.

 

logos laureat appeloffre

 

Le 25 avril dernier, l’Association syndrome de Wolfram, la Fondation Eye Hope et la Fondation Snow ont décidé de conjuguer leurs efforts pour lutter de manière plus efficace contre la maladie. A cette fin, elles ont lancé leur premier appel à projet scientifique conjoint. Leur objectif : financer un programme de recherche de grande ampleur pour dynamiser le développement de nouveaux traitements contre le syndrome de Wolfram.

L’appel d’offre fut un beau succès puisque six équipes, localisées dans six pays différents (USA, Royaume-Uni, France, Espagne, Israël et Belgique), ont envoyé leurs propositions. Celles-ci ont été évaluées par un groupe d’experts indépendants, reconnus mondialement pour leurs compétences dans le syndrome de Wolfram et le développement de nouveaux traitements. Sur la foi des différentes expertises, les présidents des trois associations se sont ensuite accordés pour désigner le projet le plus prometteur.

Ce projet, coordonné par le professeur Barrett, est intitulé « accélérer les essais cliniques dans le syndrome de Wolfram : développement de biomarqueurs d’efficacité et de mesures de bénéfices thérapeutiques pour les patients ». Il commencera le 1er octobre 2017 et s’achèvera en septembre 2019. Il est financé à parts égales par l’Association syndrome de Wolfram, la Fondation Eye Hope et la Fondation Snow.

Burmingham Tim Baret

Le professeur Tim Barrett commente :

« La communauté Wolfram internationale se distingue des autres communautés dédiées à d’autres maladies rares en ce qu’elle est hautement collaborative : des chercheurs et des groupes de malades travaillent étroitement ensemble – par-delà les institutions académiques et les frontières nationales. L’initiative de l’Association syndrome de Wolfram, la Fondation Eye Hope et la Fondation Snow en est un merveilleux exemple. Nos équipes sont très honorées d’avoir été choisies pour recevoir leur co-financement. Nous travaillerons dur et nous assurerons que notre recherche se traduise par un véritable bénéfice pour les patients. Cette recherche nous permettra de passer une étape importante dans le développement de traitements, car elle procurera des moyens de mesurer leur effet sur des  troubles importants pour les malades. A la fin de nos études, nous aurons une « boîte à outils » qui nous permettra de montrer que les traitements sont efficaces. Ceci nous aidera ensuite à convaincre les autorités réglementaires d’autoriser leur utilisation pour soigner les personnes atteintes du syndrome de Wolfram ».

Date publication : 28 septembre 2017

Informations supplémentaires

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.